3 Les délices de Tokyo

 

" Une nouvelle saison débuta. Dans le cerisier, les cigales crissaient. Au coucher du soleil, qui survenait de plus en plus tôt, soufflait maintenant une brise légèrement rafraîchissante. Doraharu s'apprêtait à vivre un été sans morte-saison.

D'ordinaire, pendant les grandes vacances, il y avait moins de collégiennes et de lycéennes. Mais pas cette année-là. Au contraire, les jeunes filles venaient presque chaque jour chez Doraharu, et s'asseyaient au comptoir. Elles étaient attirées par les Dorayaki et les boissons fraîches (...)" p. 70, Les délices de Tokyo, Durian Sunkegawa.